RSS

Diane Von Furstenberg, une femme vraiment exceptionnelle

23 Avr

Samedi dernier se tenait le Vogue Festival, l’occasion d’écouter des créateurs de renom évoquer leur parcours. La première intervenante,  Diane von Furstenberg, m’a particulièrement impressionnée par sa personnalité et sa vie qui a connu plus de rebondissements qu’une saison de Gossip Girl…Voici les moments-clés de sa carrière:

Née en Belgique, elle n’avait pas de vocation précise mais un ardent désir de devenir une femme indépendante. En parallèle d’une histoire d’amour avec un prince, elle accepte donc un stage dans une usine textile italienne où elle apprendra les ficelles du métier auprès de son mentor, Angelo Ferretti (et oui, il craquait sur elle !) S’ensuivent une grossesse non planifiée (avec le prince), un mariage précipité et un départ pour New York.

Mais Diane conserve cet esprit d’indépendance et suggère à Angelo d’emporter des échantillons de produits pour les vendre aux Etats-Unis, elle travaillera donc d’arrache-pied avec des employées pour concevoir quelques modèles de robes à emporter avec elle. A New York, elle présente ses créations à l’Editeur en Chef de Vogue qui lui donnera un coup de pouce.

C’est lorsqu’elle choisit de combiner un haut cache-cœur et une jupe en robe portefeuille que sa notoriété explose auprès du grand public (çà et un excellent commercial qui porte ses chemises:), cette robe est absolument partout! Tous les grands magasins se les arrachent, elle fait la couverture du Wall Street Journal et de Newsweek sur 5 continents. Elle vient de créer la marque DVF!

Puis vient la saturation du marché et les stocks refourgués au fondateur de Calvin Klein.
Une parenthèse s’ouvre où Diane se consacre à la cosmétique et parfumerie jusqu’à ce que ses fonds s’épuisent. Fonds de commerce revendu, elle part s’installer à Paris avec son nouvel ami écrivain (les enfants sont au chaud en pension).

Cinq ans plus tard, retour aux US avec le mal du pays et traversée du désert pour reprendre le contrôle de sa marque. C’est l’ancienne Présidente de Burberry qui lui suggère de relancer ses robes portefeuilles. Cette campagne He stared at me all night, then he said: “something about you reminds me of my mother” avait du génie puisque ce n’est désormais plus la génération de Diane qui porte ses robes mais les IT girls du monde entier…

A ce jour, la marque DVF compte 61 boutiques et Diane est un peu la marraine du Meatpacking district où se trouve le siège.
Facebook et Twitter lui permettent de prolonger le dialogue avec les clientes, Diane est d’ailleurs très attachée à écrire ses propres tweets!
Sa quête de la féminité sans trop en faire se poursuit avec une collection vintage, DVF 1974 et une collaboration avec le joaillier brésilien H. Stern. Elle soutient sans relâche la cause des femmes, que ce soit en boostant leur confiance en elles par ses tenues, en mentorant de jeunes femmes à Oxford ou en décernant le DVF Award à des femmes exceptionnelles (pour leur courage face à l’adversité) chaque année.

  

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 avril 2012 dans Mode

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :